Test DJI Mavic Pro: notre avis, nos mesures en laboratoire

Pour le moment, DJI règne en maître dans l’univers du drone et son dernier Mavic Pro devrait asseoir encore plus sa suprématie: caméra vidéo 4K, modes de vol automatisés ludiques, détection d’obstacles et surtout une compacité record sur ce segment. Mavic Pro est surprenant, puissant et intelligent. Bien sûr, son prix de 1199 € ne le met pas à la portée de tous, mais il y a de nombreuses raisons de l’abandonner. Suivez-nous, nous vous emmenons en vol pour que vous puissiez mieux comprendre notre enthousiasme.

Test du Mavic Pro 3

Le Mavic Pro a un avantage rare: il se replie sur lui-même et peut être rangé dans n’importe quel sac. Pensez-vous que cela s’applique à n’importe quel drone RTF et qu’un sac à dos est suffisant pour en transporter un? Perdu! Nous avons écrit “n’importe quel sac”, ce qui signifie qu’un sac à dos classique, un sac photo, un sac de ville ou même un grand sac peut transporter Mavic Pro. Du coup, ce drone change le jeu: il ne fait aucun doute de demander si nous pouvons prenez-le avec nous ou non, dans la plupart des cas nous le pouvons. Bien sûr, il y a des petits drones “drones“, comme le Yuneec Breeze 4K, mais dont les performances ou la qualité sont sacrifiées sur l’autel de la compacité. Ce n’est pas le cas du Mavic Pro qui n’a rien à envier aux drones les plus impressionnants, au contraire. La finition ici est excellente et en ligne avec nos premières impressions, la production est haut de gamme, la construction est sérieuse et les matériaux utilisés inspirent confiance.

Mavic Pro test2

Repliée, ses dimensions de 19,9 x 8,3 x 8,3 cm (L xlxh) lui confèrent une taille globale équivalente à celle d’un petit téléobjectif tel que le Canon 70-200 mm f / 4. Avec tous les bras ouverts, il tient dans un carré de 24 cm, ce qui le rend étonnamment encore plus compact qu’un Parrot Bebop 2, qui mesure 28 x 32 cm. Sauf ici, la liste des caractéristiques techniques semble infinie et surtout nous avons droit à une caméra UHD 4K 30p et Ciné 4K 24p montée sur un cardan stabilisé 3 axes. Ce dernier est équipé d’un capteur CMOS 1 / 2,3 pouces pour 12,35 Mpx effectifs et un champ de vision de 78,8 °, équivalent à un équivalent grand angle de 28 mm en cadre entier ; petit raffinement supplémentaire, vous pouvez prendre le point entre 0,5 m et l’infini.

Test Mavic Pro

En plus des modes classiques “Retrouvailles” ou “Suivez-moi”, Mavic Pro est capable, comme le Phantom 4, de suivre un sujet avec reconnaissance 3D, de se déplacer jusqu’à un certain point en touchant simplement l’écran (“Tapfly”) ou de suivre automatiquement un chemin prédéfini, mais aussi pour prendre une photo en mode “Selfie” d’un simple geste des bras ou pour contourner automatiquement et éviter les obstacles. A noter enfin que les 4 moteurs sans brosse permettre au Mavic Pro d’être lancé à une vitesse maximale de 65 km / h en mode Sport et de voler officiellement pendant 27 minutes.

La télécommande Mavic Pro est également une belle surprise. Non seulement il est très compact, mais c’est aussi la première fois qu’un contrôleur du constructeur chinois intègre un écran d’information de télémétrie sur lequel on peut vérifier la hauteur, les modes de vol, la connexion GPS, la vitesse, la force du signal de transmission ou le niveau de la batterie. Cerise sur le gâteau, la transmission d’OccuSync permet le retour en HD jusqu’à 7 km!

Test du Mavic Pro 4

Enfin, un mot sur l’application, déjà connue de nos services car elle est la même que le Phantom 4. Elle est très complète, mais trop chargée et les informations sont redondantes avec le contrôleur. Nous aimerions trouver l’équivalent d’un bouton “Affichage”. Notez cependant que même pour la première fois, il est possible de contrôler le drone d’un fabricant via un smartphone. Cependant, la distance de transmission maximale tombera à 80 m, la hauteur sera limitée à 50 m et la vitesse à 14 km / h. Ce n’est pas beaucoup, mais cela peut aider.

Test du Mavic Pro 6

L’expérience de vol avec le Mavic est vraiment très satisfaisante et son appartenance à la catégorie RTF n’est pas usurpée. Ouvrez simplement vos bras, puis vos bras pour que le drone soit prêt à décoller. Les patins d’atterrissage sont intégrés directement dans les bras et la très faible garde au sol, de seulement un pouce, donne une ligne de carrosserie légèrement inclinée, ce qui donne au Mavic une apparence élégante, même à l’arrêt. On est très loin de la forme poulpe du Phantom 4. Il n’est pas non plus nécessaire d’ouvrir les hélices, car la force centrifuge est suffisante pour bien les positionner lors du démarrage des moteurs.

La procédure d’allumage est assez standard. On commence par allumer la télécommande, puis le drone en appuyant sur le bouton au dos de la batterie (une pression courte suivie d’une pression longue). DJI fournit des câbles USB à ses clients, l’un pour connecter un smartphone Android, l’autre pour un iPhone. Lorsque nous avons commencé, la compatibilité entre la télécommande et un smartphone Android n’était pas garantie; un problème désormais résolu puisque nous n’avons rencontré aucun problème de connexion avec notre Huawei P9.

Test du Mavic Pro 5

Une fois l’appairage effectué et l’acquisition GPS validée (très rapide d’ailleurs), on arrive à l’interface principale de l’application. L’utilisateur se voit alors proposer deux options: décoller ou parcourir les différents paramètres. L’application, véritable tableau de bord pour le drone, offre une multitude de choix de personnalisation allant du paramétrage et de la vitesse de réaction des commandes au calibrage du cardan en passant par la possibilité d’activer leÉvitez les obstacles ou l’altitude et la distance maximales.

Les moteurs sont lancés en tirant simplement les joysticks en diagonale vers vous ou simplement en appuyant sur l’icône située en haut à gauche de l’écran. Le Mavic Pro s’élève alors à 2 m du sol et attend les commandes.

Application DJI Go Mavic Pro

En mode normal, Mavic Pro est réactif et précis. En activant le mode Sport, vous obtenez beaucoup de nervosité et de réactivité des commandes. Nous ne comparerons pas le Mavic Pro avec un pilote, mais nous serons très heureux car nous pouvons atteindre des sommets jusqu’à 65 km / h, voler près du sol ou jouer à la dérive avec précision. Pour les vols intérieurs, il est possible d’activer un mode trépied surprenant et utile, qui vous permet de réduire considérablement la nervosité du Mavic Pro et de bénéficier d’un pilotage beaucoup plus fin. De plus, le Mavic est équipé de 5 caméras, GPS + Glonasss, deux capteurs à ultrasons et deux capteurs redondants qui offrent non seulement la stabilité, vous permettant de lutter contre des vents de plus de 38 km / h, mais aussi la capacité de voir et d’éviter les obstacles jusqu’à à une distance de 15 m.

Test du Mavic Pro 7

Dans le feuillage encore dense de la forêt où l’essai a eu lieu, le Mavic a pu éviter les grosses branches. Attention cependant, l’obstacle aux obstacles ne fonctionne que de face, donc méfiance en cas de tir de suivi latéral.

Test du Mavic Pro 8

Exemple de photos à 100 ISO.

La qualité d’image du Mavic Pro est très similaire à celle du Phantom 4, à la différence près que le champ de vision de ce dernier est plus large (20 mm contre 28 mm sur le Mavic). Cependant, le comportement de la caméra est très proche. Sur la photo, l’image est très nette au centre, avec un rendu très suffisant des détails dans les sensibilités les plus faibles de 100 à 400 ISO, mais avec une douceur endémique sur les bords et les coins de l’image. Au-dessus d’ISO 400, le bruit devient rapidement excessif, mais le format RAW vous permet toujours d’utiliser un fichier ISO 1600.

Test du Mavic Pro 9

Brut à ISO 1600.

Selon le niveau d’exigence, l’image sera utilisable pour la publication sur les réseaux, mais attention lors de l’impression, les détails sont vraiment trop uniformes après ISO 400, notamment en JPEG. En revanche nous n’avons pas remarqué d’aberrations chromatiques sur nos fichiers, le vignettage est bien géré, la distorsion est faible et la dynamique de la photo est acceptable.

Extraire% 20vid% C3% A9o% 204K

Clip vidéo 4K UHD.

En revanche, dans la vidéo, la dynamique est plus courte et l’essaim dans les ombres est visible depuis les sensibilités inférieures. Cependant, pour un usage grand public, l’utilisateur moyen sera satisfait des qualités de cet appareil photo, en particulier parce que les fichiers UHD / 4K permettent un rendu très net et flatteur des paysages. La colorimétrie est également agréable, sans excès, et surtout le cardan assure un excellent travail de stabilisation. Bien qu’il y ait quelques secousses dans les mouvements plus brusques du cavalier, l’image est généralement très stable.

Extraire% 20videos% 201080

Vidéo HDTV 1080 abstraite

En 1080 / 60p, le rendu des détails ne semblait même pas à couper le souffle. Mais son plus gros défaut réside dans le positionnement de la caméra par rapport aux hélices: avec une source lumineuse située entre 45 et 90 ° du drone, des rayures apparaissent sur l’image; ce sont en fait les ombres des hélices tournantes qui durcissent l’image. Un point qui doit être pris en compte lors d’une prise. Enfin, notez que les plus avertis auront tout le temps de se plonger dans le dédale de la post-production avec la possibilité d’activer un style d’image Art, Cinelike ou S-Log pour une plus grande latitude d’édition.

Montage vidéo 1080p:

Enfin, notez qu’une des particularités de l’appareil photo du Mavic est qu’il dispose d’une mise au point automatique qui vous permet de faire la mise au point sur un sujet entre 0,5 m et l’infini. Veillez donc à bien faire la mise au point entre le décollage et un vol, car la distance de mise au point peut varier si vous oubliez de la régler ou si vous appuyez accidentellement sur l’écran. Nous sommes désolés qu’il n’y ait pas d’option pour le bloquer définitivement sur l’infini.

Au final, si l’image n’est pas excellente et présente encore de nombreuses imperfections, notamment en termes de bruit et de ponçage au-delà de 400 ISO, elle reste très suffisante pour l’usage du plaisir ou même pour un pro qui aurait besoin de réaliser des plans aériens sans avoir à déployer un appareil aérien lourd et encombrant.

Lire aussi  dronex pro Nos Test

Laisser un commentaire