La dissuasion nucléaire aujourd’hui

Pourquoi les pays de l’Alliance devraient-ils toujours s’inquiéter de la dissuasion nucléaire? À une époque où les munitions conventionnelles sont de plus en plus efficaces et où la cyber-guerre et les robots autonomes sont privilégiés, les armes nucléaires ne deviennent pas de simples reliques de la guerre froide, qui n’existent plus? Pourquoi ces armes sont-elles toujours déployées dans une Europe pacifique?

Ce sont des questions que les militants, le grand public et la presse posent souvent. À une époque où les discussions sur les armes autonomes létales, les essaims de drones et la militarisation de l’espace font de la guerre moderne un thriller de science-fiction, les armes nucléaires peuvent sembler aussi rétro qu’un lecteur Sony ou un téléphone filaire. Pourtant, des pays dotés d’armes nucléaires comme la Russie et la Chine commencent à investir des sommes importantes pour perfectionner et diversifier leurs arsenaux nucléaires, tandis que l’expansion de l’énergie nucléaire nord-coréenne se poursuit à un bon rythme et que l’Iran progresse dans ce domaine. encore une fois des nouvelles.

Les armes nucléaires sont au cœur du principe de sécurité collective établi par l’OTAN lors de sa création. Depuis plus de 70 ans, les arsenaux des pays dotés de l’arme nucléaire de l’Alliance, à savoir les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, et les armes nucléaires américaines déployées sur le front en Europe permettent à l’Alliance de décourager et de rassure les alliés. Les chefs d’État et de gouvernement ont déclaré à maintes reprises que l’OTAN est une alliance nucléaire et le restera tant qu’il y aura des armes nucléaires.
Si nous avons encore des armes nucléaires, c’est simplement parce que la dissuasion nucléaire reste nécessaire et que les principes sur lesquels elle repose sont toujours valables.

Au plus fort de la guerre froide, les États-Unis avaient déployé quelque 7 300 armes nucléaires en Europe pour offrir une plus grande dissuasion et des garanties de sécurité à d’autres pays de l’Alliance. Le nombre d’armes nucléaires américaines déployées sur le sol européen à l’appui de l’OTAN a diminué de 90% depuis la fin de la guerre froide. Entre 1991 et 1993 seulement, les États-Unis ont retiré environ 3 000 armes nucléaires d’Europe. Entre 2000 et 2010, ils ont continué de réduire le nombre d’armes nucléaires déployées sur le territoire européen, en consolidant les armes restantes dans moins de bases. Cet appareil déclassé est toujours utilisé aujourd’hui.

Grâce à la mise en œuvre du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (RNB), adopté en 1987, le Traité sur la réduction des armes stratégiques (START), signé en juillet 1991, et le Traité sur la réduction des armes stratégiques offensives (SORT), conclu en 2002, les États-Unis et la Russie ont progressivement réduit leurs arsenaux nucléaires stratégiques.

Les présidents George HW Bush et Mikhail Gorbachev se serrent la main à la fin de la conférence de presse tenue à l’occasion de la signature du traité START I, avec lequel les États-Unis et l’Union soviétique se sont engagés à vaincre leurs arsenaux nucléaires stratégiques – Moscou , 31 juillet 1991 © Corbis / Peter Turnley

Cependant, la plus forte réduction du nombre d’armes nucléaires déployées en Europe en septembre 1991 ne peut être attribuée à un traité sur la maîtrise des armements. Le 27 septembre 1991, le président George H. W. Bush a annoncé que les États-Unis changeraient radicalement la posture de leurs forces nucléaires après l’effondrement de l’Union soviétique et a invité les autorités du Kremlin à faire de même. Quelques jours plus tard, le président Mikhaïl Gorbatchev a déclaré que l’Union soviétique prendrait des mesures similaires pour réduire, démanteler ou détruire une grande partie de ses forces nucléaires non stratégiques.

Lire aussi  drone quadrirotor Prix

Ce sont ces “initiatives nucléaires présidentielles”, comme on les a appelées plus tard, qui ont provoqué la plus grande réduction du nombre d’armes tactiques – ou non stratégiques – déployées sur le théâtre européen. Les États-Unis ont détruit environ 2 000 missiles balistiques sol-sol à courte portée et projectiles nucléaires et ont retiré toutes les armes nucléaires tactiques dont étaient équipés les navires de surface et les sous-marins d’attaque. et les avions navals ont détruit toutes les grenades nucléaires anti-sous-marines, relevé l’état d’alerte des bombardiers stratégiques et renoncé à moderniser certains systèmes nucléaires.

Les dirigeants de l’Union soviétique et, plus tard, ceux de la Fédération de Russie se sont engagés à éliminer complètement les systèmes d’artillerie nucléaire, les charges nucléaires pour les missiles tactiques et les mines nucléaires, ainsi qu’à procéder au retrait des armes nucléaires tactiques à bord des navires, sous-marins polyvalents. et des avions navals. Il était prévu que ces armes, ainsi que les charges nucléaires pour les missiles de défense aérienne, seraient stockées de manière centralisée et certaines d’entre elles seraient détruites. En outre, la Russie aurait dû supprimer un tiers de ses armes nucléaires tactiques basées sur la mer, la moitié de ses charges nucléaires de missiles sol-air et la moitié de ses stocks d’armes nucléaires tactiques aéroportées. En 2010, la Russie a entreposé ses armes nucléaires tactiques dans des installations de stockage centralisées situées sur son territoire, a retiré les armes nucléaires tactiques dont ses forces terrestres étaient équipées et a considérablement réduit l’arsenal nucléaire tactique de l’armée de l’air, unités de défense antimissile et de la marine, le nombre d’armes nucléaires non stratégiques a diminué d’environ 75%.

Réduisant ainsi leurs arsenaux respectifs, les États-Unis et la Russie ont radicalement transformé la position nucléaire en Europe. Le nombre d’armes nucléaires déployées a été considérablement réduit et les tensions militaires ont diminué.

Malheureusement, les progrès accomplis au milieu des années 90 n’ont pas conduit à un démantèlement durable et vérifiable des stocks d’armes nucléaires non stratégiques. Alors que les États-Unis ont unilatéralement réduit leurs forces nucléaires non stratégiques au fil du temps, il n’est pas clair si la Russie a pleinement respecté ses engagements, étant donné que les diverses déclarations et initiatives politiques n’ont pas été combinées avec des mécanismes de vérification ou de contrôle de la mise en œuvre des engagements pris.

Lire aussi  BOB WAKEHAM: le débat sur le leadership libéral a été ennuyeux | Perspectives régionales Opinion

Ces dernières années, la Russie a de nouveau décidé de s’appuyer sur les armes nucléaires déployées sur le théâtre européen pour faire face à ce qu’elle considère comme la supériorité conventionnelle de l’OTAN. Dans le cadre de sa transformation militaire générale, la Russie a modernisé environ 80% de ses forces nucléaires stratégiques depuis le début des années 2000. Les États-Unis, pour leur part, ne font que lancer un programme de modernisation qui s’étalera sur les vingt prochaines ans et qui prévoit notamment la prolongation de la durée de vie des bombes à gravité B61 déployées en Europe dans le cadre du partage des moyens nucléaires au sein de l’OTAN.

La Russie sera donc en mesure d’ajouter rapidement de nouvelles charges nucléaires stratégiques aux missiles balistiques intercontinentaux modernes déployés, missiles balistiques lancés par des sous-marins et des bombardiers, lorsque les contraintes imposées par le nouveau traité START (2010) expireront. entre 2021 et 2026. Ceci est particulièrement important en raison du peu de progrès réalisés dans les négociations visant à établir, avant l’expiration du nouveau traité START, un nouveau régime pour les systèmes stratégiques dans le cadre d’un traité sur le contrôle des bras.

En outre, la Russie développe de nouveaux types de systèmes de missiles, tels que le parapente hypersonique avangardique à portée stratégique et le missile de croisière hypersonique théâtral Tsirkon, qu’il teste et distribue sur divers transporteurs. . Il développe également un missile balistique aéroporté, le Kinjal, qui, selon lui, aura une autonomie d’environ 2 000 km. Les armes hypersoniques volent à des vitesses extrêmement élevées et à basse altitude et sont capables de manœuvrer en vol, et combinées, ces propriétés rendent difficile la recherche de missiles hypersoniques et presque impossible à défendre contre de telles armes. Alors que les États-Unis ont commencé à investir davantage dans le développement de systèmes de missiles hypersoniques, ils sont à la traîne de la Russie (et de la Chine).

La Russie a réussi avec succès la première tentative de lancement de son missile de croisière hypersonique Tsirkon depuis un navire en janvier 2020, selon l’agence de presse TASS. Image générée par ordinateur d’un missile de croisière russe 3M22 Zircon / 3M22 Tsirkon en vol. © DefPost

Outre les systèmes hypersoniques, la Russie met au point de “nouveaux types” de systèmes d’armes nucléaires, notamment un missile de croisière à propulsion nucléaire et un véhicule sans pilote sous-marin à propulsion nucléaire qui serviront de moyen d’intimidation, de coercition et d’attaque contre les pays du L’OTAN, avec une très courte période d’alerte et peu de chances d’y réagir. On ne sait pas pourquoi la Russie développe de telles armes. Cependant, il serait prudent pour l’OTAN d’évaluer les capacités de ses systèmes en tenant compte des nouveaux systèmes russes.

Lire aussi  Avis par Urbanista London | Qu'est-ce que c'est ça

Mais là où l’écart est peut-être le plus grand entre l’OTAN et la Russie, c’est dans le domaine des armes nucléaires tactiques ou non stratégiques. Cela comprend les systèmes armés d’ogives nucléaires de faible puissance, comme les missiles de croisière lancés par air, navals ou terrestres. Aujourd’hui, la Russie dispose d’un vaste arsenal de systèmes de missiles conçus comme des systèmes à double capacité pour la livraison d’armes classiques et nucléaires. Ces missiles peuvent atteindre le territoire de tous les alliés européens, par voie terrestre, maritime ou aérienne. Avec son arsenal relativement important de charges nucléaires non stratégiques – entre 1 500 et 2 000 charges stockées dans des dépôts, tandis que le nombre de bombes à gravité américaines stockées en Europe se situe entre 150 et 200, selon des informations provenant de sources ouvertes – la Russie représente un nouveau défi pour les activités de dissuasion et de défense de l’OTAN dans la région.

Étant donné cet environnement de sécurité en constante évolution – et jusqu’à ce que les concurrents et les opposants potentiels de l’OTAN soient prêts et disposés à abandonner les armes nucléaires par eux-mêmes -, l’Organisation doit être en mesure de décourager les menaces nucléaires et de réagir à l’utilisation. d’énergie nucléaire par la Russie, afin d’assurer la sécurité des citoyens des pays de l’OTAN, soit près d’un milliard de personnes.

Comme les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’OTAN ont décidé – et le répètent souvent – l’objectif de la capacité nucléaire de l’OTAN est de “préserver la paix, empêcher les actions coercitives et décourager toute agression”. Il s’agit également de rassurer les Alliés de la ferme volonté transatlantique de sécurité collective, qui trouve son expression concrète dans les accords de partage de l’énergie nucléaire au sein de l’OTAN, selon lesquels les Alliés européens et nord-américains partagent les risques et responsabilités en matière de dissuasion nucléaire. C’est également un message fort pour la Russie, ce qui signifie qu’elle n’atteindra pas ses objectifs en n’utilisant même qu’une utilisation limitée des armes nucléaires en cas de conflit, et qu’elle montre que l’OTAN a la capacité et la volonté d’infliger des dommages inacceptables qui dépassent loin les bénéfices escomptés et qu’en un mot, une attaque nucléaire de la Russie sera vouée à l’échec.

Les alliés restent fermement déterminés à œuvrer pour un monde sans armes nucléaires et à promouvoir la maîtrise des armements, la non-prolifération et le désarmement. Mais l’OTAN restera une alliance nucléaire tant qu’il y aura des armes nucléaires. Il continuera de garantir l’efficacité de ses positions dissuasives et défensives, notamment en veillant à ce que sa dissuasion nucléaire reste sûre, sécurisée et efficace. En bref, les armes nucléaires continueront de jouer un rôle vital pour assurer la sécurité des pays de l’OTAN, préserver la paix, empêcher les actions coercitives et décourager l’agression.

Laisser un commentaire